Portrait

Portraits d’activistes de Madagascar

Fela Razafinjato, 3e à partir de la gauche, lors du défilé du 8 mars 2018

Fela Razafinjato : femme activiste malgache vivant avec un handicap, contracté à l’âge de trois ans. Une situation qui a exposé Razafinjato à divers obstacles dans sa vie : l’exclusion liée  à son handicap,  les contraintes qui ont eu des impacts sur son quotidien et la difficulté de faire valoir ses droits en tant que femme et en tant que citoyenne.

Fela Razafinjato, 3e à partir de la gauche, sur le fauteuil roulant lors du défilé du 8 mars 2018

Fela Razafinjato est une activiste engagée pour le respect des droits des personnes vivant avec un handicap. Elle est l a présidente du centre Sembana Mijoro et présidente nationale de l’association des femmes handicapées de Madagascar” (AFHAM). En 2012, son engagement lui a valu la reconnaissance due aux Ten Outstanding Young Persons (TOYP), délivrée par le JCI aux dix jeunes personnes les plus méritantes dans le monde. Aujourd’hui, elle continue son action en faveur des personnes handicapées et de leurs droits à l’éducation, la formation, la santé, la libre circulation et l’exercice de leurs obligations civiques.

L’activiste Armand Marozafy reçoit le prix Gasy Mahasaky 2017

Armand Marozafy: activiste environnemental dans le nord est de Madagascar, Armand Marozafy est  le coordinateur adjoint de l’association Lampogno qui lutte contre l’exportation illicite des ressources naturelles. Guide professionnel de son métier, il a été élu président du Comité d’Orientation et de Soutien des Aires Protégées (COSAP) Masoala en 2010. C’est à cette époque qu’il commence à documenter ses investigations sur l’exploitation et la vente illicite du bois de rose dans la forêt d’Agnena Anandrivola. Armand Marozafy. Armand Marozafy a eu le courage d’interpeller directement les trafiquants illicites, ce qui lui a valu d’être mis sous les verrous en 2015, puis d’être condamné à six mois de prison et de 12 millions ariary d’amendes. Mais Marozafy a décidé de continuer sa lutte contre les trafics illicites des ressources naturelles, en collaboration avec plusieurs associations environnementales et d’activistes pour les droits humains.

Clovis Razafimalala, de l’association Lampogno

Clovis Razafimalala : activiste environnemental, Clovis Razafimalala lutte contre la vente illicite des ressources naturelles dans le cadre de l’association Lampogno. A cause de cet engagement, il a été plusieurs fois victime de menace de mort et sa maison a été incendiée en 2009.  Il a été arrêté et mis en prison septembre en 2016, accusé  d’avoir participé à un complot violent à Maroantsetra. En juillet 2017, il a été condamné d’une peine de prison sursitaire de cinq ans. Cet époux et père de deux enfants est aujourd’hui soutenu par Amnesty International.

 

 

L’activiste Raleva pose avec son certificat décerné lors des Gasy Mahasaky 2017 awards.

Raleva : activiste environnemental et des droits humains, Raleva s’est engagé dans la lutte contre l’exploitation aurifère illicite. Il est membre de Justice et Paix et de l’observatoire indépendant des droits économiques, sociaux et culturels à Madagascat. Déterminé, il s’emploie à exiger le permis d’exploitation d’une entreprise d’exploitation aurifère de Vohilava : audace s’est soldée par une peine de prison en septembre 2017.  Ralava écope d’une peine de prison de deux ans avec sursis en octobre 2017, après  tao 23 jours de détention. La détermination de Raleva et e la population locale pendant plusieurs semaines a incité la Police des Mines à effectuer une descente dans la zone d’exploitation de la société concernée en décembre 2017.  Raleva est aujourd’hui soutenu par Amnesty International.

Source : Liberty 32, Livret “Hijoro Aho, Hitaky Ny Rariny” – édition 2018

A découvrir :

 

Leave a Reply

Show Buttons
Hide Buttons