Patrimoine

Numismatique : de l’empereur Constantin à l’Ariary

Utiliser la monnaie, pièce ou billet, comme ornement est une tradition malgache

Au marché, l’on trouvait les “mpamaky vola”, littéralement les casseurs d’argent pour avoir de la monnaie. “Mpamaky vola”, c’est un métier qui consiste à casser et concasser les pièces de monnaie et les peser pour obtenir l’ancêtre de la monnaie divisionnaire dont l’appellation est restée à nous jours : les “vola madinika”, littéralement, les miettes de monnaie. C’était à partir du XVIIIe siècle.  Depuis, l’ariary a parcouru du chemin. Mais avant d’être un moyen légal d’échanges de biens, les pièces étaient d’abord utilisées par les Malgaches comme des parures, des bijoux, des bracelets et des pendentifs. Un usage ornemental qui est en réalité un aspect récurrent de la tradition dans certaines régions de Madagascar.

Utiliser la monnaie, pièce ou billet, comme ornement est une tradition malgache

Avant l’ariary : ngita, tokazo, behatoka

5 francs ou piastre de louis XVIII, appelée Behatoka

Les toutes premières pièces de monnaie ont été introduites sur le sol malgache par des commerçants arabes et persans entre le X et le XIIe siècle, dans le nord-est de l’île. Il s’agissait de monnaies européennes et américaines: des piastres espagnoles frappées à l’effigie de Philippe II et portant la croix d’Espagne, appelées Ngita; des pièces du Premier empire français appelées Malamakely; des piastres mexicaines, appelées Tanamasoandro; des piastres boliviennes appelées Tokazo; les pièces de l’union latine ou Tombotsintsina et les pièces à l’effigie de Louis XVIII qui a hérité d’une appellation peu flatteuse: Behatoka, sobriquet inspiré de l’image du souverain français sur la monnaie.

La plus ancienne pièce de monnaie jamais trouvée à Madagascar est une pièce frappée à l’effigie de l’empereur romain Constantin. D’après Juliette Ratsimandrava, ancienne conservatrice de la Bibliothèque nationale, dans le bulletin de Madagascar de juin 1965, des fouilles entreprises à Lokoho, dans le nord-est de Madagascar ont abouti à la découverte d’un pot en terre cuite, rempli de  pièces datées de la dynastie califale des Fatimides (910 – 1171).

 

Pièces du Premier empire français appelées Malamakely

Ariary : madinika et variraiventy

La monarchie merina a tenté d’organiser l’usage et la valeur de la monnaie. Sous le règne d’Andriamasinavalona (1675-1710), l’on cassait et concassait donc la piastre pour obtenir une monnaie divisionnaire. Une piastre pouvait être concassée en 720 petits morceaux dont le plus infime, mesuré à la balance, équivaut au poids d’une graine de riz. D’où l’appellation “variraiventy”.

Le marché d’Ambatondrazaka. circa 1896 – 1905, Photo ANOM.

Andrianampoinimerina (1787-1810) réglemente les balances et les poids pour harmoniser la valeur de chaque fragment pour obtenir ces valeurs de chaque part concassée de la pièce, telle que définie dans le Rakibolana de Rajemison :

Ariary : 5 F – Loso : 2F50 – Sasanangy : 1F60 – Kirobo : 1F20 – Iraimbilanja : 1F – Venty : 0F80 – Lasy telo latsaka : 0F68 – Sikajy : 0F60 – Sikajy latsaka : 0F53 – Lasy iray : 0F48 – Roavoamena : 0F40 – Ilavoamena sy voamena: 0F30 – Voamena : 0F20  – Ilavoamena : 0F10 – Eranambatry : 0F06 – Varidimiventy : 0F03  – Variraiventy : 0F026

Ariary : naissance des vola baoritra durant la Première Guerre

En 1896, la monnaie française est introduite sur l’île avec la colonisation et met fin aux pièces cassées/concassées. Mais la première guerre mondiale va jeter Madagascar dans une situation d’extrême privation, l’essentiel de la production nationale étant utilisée pour soutenir l’effort de guerre. A cause de l’insuffisance de la monnaie divisionnaire en circulation, l’administration coloniale autorisera l’usage des timbres en guise de monnaie. Ils seront collés sur des morceaux de carton estampillés d’un dessin de chien et de zébu : ce sont les fameux “vola baoritra”. Peu après la guerre, ils seront remplacés par les jetons des chambres de commerce de France.

Billet de 10 francs émis par la Banque de Madagascar

En 1925, année de création de la Banque de Madagascar sera aussi celle de la création d’une monnaie spécifiquement malgache appelée le “franc”. En Juillet 1963, la monnaie malgache prend la dénomination officielle de “Franc malgache” (Fmg), puis en 2003, l’unité monétaire malgache est devenue l’ariary.

D’autres lectures sur le sujet :

Leave a Reply

Theme by Anders Norén

Show Buttons
Hide Buttons