Reportages

50 000 emplois autour de la collecte de déchets

Bandes dessinées d'informations sur la collecte de déchets, par Genius Of Designers

Collecte de déchets : une ville comme Antananarivo produit chaque jour quelques 2.000 tonnes d’ordures. Pour l’entreprise Ecologik Madagascar, spécialiste de la collecte de déchets, c’est un potentiel économique à explorer : 50 000 emplois en perspective.

La collecte de déchets à Antananarivo

Bandes dessinées d’informations sur la collecte de déchets, par Genius Of Designers

Collecte de déchets pour recycler au maximum

Nous prenons de tout. Papiers, plastiques, chutes de bois,  couches-culottes, serviettes hygiéniques, métaux, cordages…Tout ce qui se jette est potentiellement repris“. Mervyn Mobeeboccus connait son métier. Depuis 2012, cet entrepreneur s’est lancé dans un filon longtemps inexploré : la collecte des déchets. A travers son entreprise, Ecologik Madagascar, Mobeeboccus se lance dans la collecte de déchets, assure leur traitement et leur revente à d’autres entreprises qui s’occupent de les recycler. Le secteur offre une perspective de 50,000 emplois. Mobeeboccus, reçu par les membres de l’association de l’entrepreneuriat au féminin de l’Océan Indien (EFOI Madagascar), explique les possibilités de collaboration autour de la collecte et du recyclage des déchets. ” Tout le monde est un client potentiel, car tout le monde produit des déchets : particuliers ou entreprises. Nous partons du principe que la majorité de ces déchets peuvent être repris et recyclés”.   

Mervyn ​Mobbeeboccus, DG d’Ecologik Madagascar discute des principes de la collecte de déchets avec les entrepreneures d’EFOI Antananarivo.

Collecte de déchets dans le respect de l’hygiène

Clotilde Razafiarisoa, chef d’une équipe de collecte de déchets à Ankorondrano

La collecte est la première étape dans le cycle du déchet et du processus de recyclage. Un principe de bacs est établi au sein des entreprises partenaires de l’initiative d’Ecologik Madagascar, afin de familiariser au tri des ordures selon leurs catégories. Mobeeboccus explique : “Il est en effet important de commencer le tri des déchets le plus tôt possible. Il s’agit de rendre la collecte la moins polluante possible et de sécuriser cette étape au niveau hygiénique et sanitaire”.  Dans le quartier d’Ankorondrano par exemple, Clotilde Razafiarisoa est chef d’une équipe de six femmes qui assurent la collecte de déchets. Chaque jour, à vélo, elles font un porte-à-porte auprès des entreprises et des particuliers sur cet axe pour récupérer les déchets. “Nous sommes en uniformes, avec des gants et des bottes de travail pour respecter les mesures d’hygiène requises“.

Une fois collectés, les déchets sont triés et traités. “Il y a des perspectives pour le secteur du recyclage : chaque catégorie de déchet est susceptible de recréer une filière ou un métier“, conclue Mobeeboccus.  Par exemple, les plastiques peuvent être traités et recyclés pour servir de pavés autobloquants. Les déchets verts sont broyés et transformés en compost, qui sera valorisé par des agriculteurs et des maraîchers pour leurs cultures biologiques. Les papiers sont récupérés pour être recyclés en carton, en papier journal et emballage.

1 Comment

  1. Mboaniaina

    Merci. Intéressant de voir les choses de cette perspective. Bravo ecologik Madagascar!

Leave a Reply

Show Buttons
Hide Buttons