Reportages

Madagascar: 14 000 cas de détention provisoire

En février 2019, 14 067 personnes sont détenues en prison dans l'attente d’un procès. Photo : Fifaliana Joy, https://bit.ly/2ZA1FQU

Le recours systématique à la détention provisoire jette des milliers de personnes présumées innocentes en prison, dénonce Amnesty International, à l’occasion de la Journée africaine de la détention provisoire, marquée ce 25 avril.

En février 2019, 14 067 personnes sont détenues en prison dans l'attente d’un procès. Photo : Fifaliana Joy, https://bit.ly/2ZA1FQU

Détention provisoire : 14 000 cas dans tout Madagascar

La capacité d’accueil des prisons malgaches est de 10 600 détenus. La population carcérale actuelle est de 24 928 personnes. Or en février 2019, 14 067 d’entre elles sont en détention provisoire,  dans l’attente d’un procès qui ne survient généralement qu’après de longs mois, ou des années, même pour des infractions mineures ou non violentes. Ainsi,  la plupart des personnes détenues à Madagascar sont en réalité en attente de leur procès.  Ces détentions illégales concernent autant les mineurs de moins de 13 ans, que les adultes.  En 2017, ces détenus sans procès, tous âges confondus, étaient au nombre de 11 703.  Les conditions d’incarcération sont pénibles et ne respectent ni les normes d’hygiène, ni les normes de sécurité, ni les droits des personnes.  La situation est la résultante de plusieurs manquements et violations graves : détention arbitraire, aucun garanti de procès équitables, tortures, traitements cruels, humiliants et inhumains, comme le souligne toujours Amnesty International.

La détention provisoire est essentiellement utilisée contre des personnes pauvres qui n'ont pas les moyens de payer un avocat, souligne Amnesty International. Photo : Pavlofox https://bit.ly/2IIrzwG
La détention provisoire est essentiellement utilisée contre des personnes pauvres qui n'ont pas les moyens de payer un avocat, souligne Amnesty International. Photo : Pavlofox https://bit.ly/2IIrzwG

Détention provisoire : un recours abusif

« Le recours excessif à la détention provisoire à Madagascar est injuste et abusif, et atteint aujourd’hui un niveau critique avec pas moins de 14 000 personnes concernées », souligne Deprose Muchena, directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique australe.  « La détention provisoire est essentiellement utilisée contre des personnes pauvres qui n’ont pas les moyens de payer un avocat pour les faire sortir de prison. Les autorités malgaches ne peuvent pas continuer à maintenir en détention des milliers de personnes n’ayant été reconnues coupables d’aucune infraction. »

Détention provisoire : agissez à Madagascar

Ce 27 avril, rendez-vous au Le Pavé, Antaninarenina (9h-12h) pour une action de mobilisation en faveur des enfants emprisonnés en détention préventive et pour participer à la rédaction de la lettre de doléance.

A lire sur les conditions de détention à Madagascar :

Sur Zarateny : “Prison de Madagascar”.

Extrait : “Le constat reste pourtant sans appel : si la prison est incapable d’accomplir son rôle, elle se remplit de détenus et se vide de sens. Son objectif premier de punir rend même perplexe, puisqu’elle abrite des prévenus dont les condamnations n’ont pas été prononcées et des condamnés, dont la condamnation est vécue dans l’indignité.”

Exposition « Quartier d’avenir, de la détention à la réinsertion ». Photo de Robin Hammond, dans une prison de Madagascar
Exposition « Quartier d’avenir, de la détention à la réinsertion ». Photo de Robin Hammond, dans une prison de Madagascar

Sur Amnesty International : “In Madagascar, the excessive use of pre-trial detention disproportionately affects the poor and marginalized of society” (Article en anglais). 

Extrait : “Even in cases when individuals are released after a few months of pre-trial detention, their incarceration can have long-lasting consequences. They are likely to have lost their jobs, and to have plunged deeper into poverty. With the conditions they are held in, many are also likely to walk out of prison in a weaker physical and mental state.”

Leave a Reply

Theme by Anders Norén

Show Buttons
Hide Buttons