Patrimoine, Portrait

Beaux-Arts : portraits de maîtres

Scène de campagne par Emile Ralambo

Quatre maîtres malgaches qui ont marqué le patrimoine de la peinture malgache, parmi tant d’autres grands artistes d’hier et d’aujourd’hui.

Le peintre Alfred Razafinjohany (1913 – 2002) 

Elève des Beaux-Arts de Tananarive en 1926, c’est à Razafinjohany que l’on doit les fresques du cinéma Le Myre de Vilers en 1940 et du théâtre municipal d’Isotry en 1965. Il est aussi l’auteur des illustrations dans les manuels scolaires et dans les éditions scientifiques de la faune et de la flore malgaches entre 1949 et 1972. Razafinjohany peint surtout à la gouache et aime dessiner des paysages malgaches et des natures mortes. Son tableau “Côte Est” a été choisi en 1969 pour figurer dans un timbre de la République de Madagascar.

Alfred Razafinjohany : marché d’Antananarivo Photo : Catawiki.

Le peintre Henri Ratovo ( 1881 – 1929)

Ratovo Ramboafiringa de son vrai nom, peintre malgache élevé par des frères catholiques. Après une brève carrière professorale et administrative, il s’installe à Antananarivo et devient élève d’Ange Supparo en 1906. Il ouvre son atelier à Mahamasina et ses œuvres sont collectionnées par les   fonctionnaires de la colonie. Parmi celles-ci, l’on compte le portrait du Gal Gallieni exposé à l’Hôtel de ville, les chemins de croix de la chapelle du collège St-Michel à Antananarivo, et de la cathédrale de Nosy Be. Ratovo peint des huiles : son travail est empreint de réalisme et d’observation. Il peint des sujets de nuit, des charretiers, des scènes de la campagne ainsi que plusieurs tableaux d’Anatirovan’Antananarivo. En 1931, trois ans après son décès, son œuvre est retenue pour l’exposition coloniale.

Coucher de soleil sur les Hauts Plateaux de Madagascar, de H. Ratovo utilisé comme timbre

 

Ramanankirahana, peintre et architecte (ANOM)

Le peintre (et architecte) Philippe-Auguste Ramanankirahina (1860-1915)

Premier malgache sorti de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1888, il est également le premier architecte malgache formé en Europe.  On lui doit, notamment, les plus célèbres portraits de la monarchie merina (dont celui d’Andrianampoinimerina ) qui figurent aujourd’hui dans le patrimoine collectif malgache.

Andrianampoinimerina et Radama II, peints par Ramanankirahana ( 1905)

Le peintre Emile Ralambo (1979 -1963)

Tableau d’Emile Ralambo baptisé “La Promenade”

Peintre autodidacte, Emile Ralambo apprend à fabriquer les couleurs en broyant des feuilles et des fleurs. En parallèle de sa passion pour la peinture, il aura une carrière d’instituteur à Fianarantsoa et sera un fervent évangéliste et nationaliste. Après le procès du Vy Vato Sakelika, il est exilé à Nosy Lava entre 1915 et 1918. Mais sa carrière de peintre commence en 1897, année où il vend ses premiers tableaux. Il se spécialise dans l’huile et l’aquarelle et réalise à la fois des portraits et des paysages. Ses tableaux immortalisent les petits métiers. Sa réputation est telle qu’il reçoit des commandes de l’administration et ses tableaux sont aujourd’hui visibles dans des collections privées en Norvège, en France, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Scène de campagne par Emile Ralambo

Lecture intéressante :

  • “La peinture malgache des origines à 1940”, Hemerson Andrianetrazafy, Ed. Foi et justice, 1991 

3 Comments

  1. RABODOMALALALA Miangaly

    Merci beaucoup, c’est tellement rafraîchissant de lire vos lignes !

  2. Elia Ravelomanantsoa

    Misaotra indrindra!

Leave a Reply

Theme by Anders Norén

Show Buttons
Hide Buttons