Reboisement : la technique du drone-planteur

Les drones peuvent aussi réaliser l’épandage de désherbants, procédé interdit dans certains pays.

Madagascar se lance dans la technique du seed bombing pour reboiser ses zones enclavées. Mais en quoi consiste ce reboisement par drone-planteur ?

6 millions de personnes seront mobilisées pour la campagne de reboisement à Madagascar.

Reboisement par drone :
36 000 graines par jour

 En 2015, Lauren Fletcher, ancien de la Nasa, et PDG de l’entreprise BioCarbon Engineering basée au Royaume Uni, a présenté lors du concours international Drone For Goods organisé par les Émirats arabes unis, leur modèle de drone-planteur capable de mettre 36 000 plants en terre chaque jour. Le leitmotiv de Fletcher : « lutter contre la déforestation industrielle à grande échelle par un reboisement industriel à grande échelle ». L’ancien expert de la Nasa compte ainsi réduire le coût d’un reboisement afin d’encourager les gouvernements à se mobiliser pour la reforestation.  Fletcher s’est fixé l’objectif de faire sortir de terre un milliard d’arbres chaque année.

Cette technique de reboisement par drone se fait en deux temps. Tout d’abord, le drone établit une carte 3D de la zone à reboiser afin de localiser l’emplacement des plants. Un itinéraire est dressé pour organiser le reboisement. Ensuite, les drones se lancent dans leur mission, en volant à 2 m au dessus du sol. Les graines, enveloppées dans des capsules biodégradables enrichies par des nutriments, sont semées en utilisant un canon à air comprimé. Un drone-planteur est capable de transporter 300 capsules : une capsule est disséminée toutes les 10 secondes. Ce dispositif robotisé peut ensemencer 36 000 graines chaque jour, contre 1 500 graines pour un homme.

Un drone est capable de transporter 300 capsules.

Reboisement par drone: restaurer un écosystème dévasté

Le projet de  BioCarbon Engineering veut aussi assurer la surveillance des zones reboisées pour s’assurer que les jeunes plants grandissent. Laurent Fletcher dit vouloir  « s’assurer que ce que nous plantons contribuera à restaurer un écosystème et une biodiversité qui soient les plus proches possible de l’état naturel de la zone ciblée», lors d’une interview sur Futura-Sciences. Une autre société américaine basée à Seattle, DroneSeed, utilise des drones équipés d’une caméra multispectrale et d’un Lidar, pour  le reboisement. En plus de disséminer les semences, les équipements de DroneSeed réalisent également l’épandage de désherbants, procédé interdit dans plusieurs pays. 

Malgré sa richesse en ressources naturelles, Madagascar est victime d’un vaste phénomène de déforestation : 100 000 ha de forêts à cause des feux de brousse, de la culture sur brûlis, du surpâturage etc.  En 2018, la couverture forestière a diminué de 45% en 60 ans. Cette année, la Grande île expérimente la technique du seed bombing, associée au reboisement classique.  Le gouvernement pose l’objectif de reboiser 40 millions de jeunes pousse sur  40 000 Ha par an. « Nous pouvons relever le défi de faire de Madagascar le poumon de l’Océan Indien si chaque citoyen plante au minimum 10 plants par an. Nous détiendrons alors le premier rang de la protection de l’environnement ainsi que le reboisement », espère le président de la République. Les drones auront ainsi la mission de couvrir les zones les plus enclavées.

A découvrir sur le reboisement par drone

Des drones pour replanter les mangroves :

Theme by Anders Norén

Show Buttons
Hide Buttons