Enrepreneuriat

Entrepreneuriat : haro sur les idées reçues

Impossible de se lancer dans un projet sans assumer soi-même une part des risques

L’entrepreneuriat a le vent en poupe et c’est tant mieux! Mais la frontière entre le mythe et le vécu est mince, ne nous laissons pas avoir par les idées reçues. En voici quelques unes :

Impossible de se lancer dans un projet sans assumer soi-même une part des risques Photo: https://goo.gl/RXid22

Pas de fonds, pas d’entrepreneuriat !

Une mise de départ de l’entrepreneur est toujours utile, de l’ordre du quart du budget de démarrage. Cette mise de fonds peut provenir d’épargne personnelle, d’emprunt familial ou de subventions. Il se peut aussi qu’elle soit valorisée par les équipements. Mais il n’est pas obligé d’avoir une grosse enveloppe pour démarrer une affaire : les moyens du bord, le savoir-faire et la priorisation des actions à entreprendre seront plus importants. Cependant, cette part personnelle, si modeste soit-elle est importante, car il est inenvisageable de se lancer dans un projet sans assumer soi-même une part des risques.

Pas de diplômes, pas d’entrepreneuriat !

Les connaissances de base sont nécessaires, ne serait-ce que pour contrôler les revenus de l’entreprise. Mais l’entrepreneuriat n’est pas le monopole des seuls sortants d’écoles de commerce et d’administration. L’important est de créer une structure qui offre des services ou des produits capables de se démarquer de la concurrence, en qualité et en quantité. S’il existe de vraies lacunes dans la gestion de l’entreprise, il est toujours possible de se faire aider ou accompagner par des personnes chevronnées ou de se former auprès d’organismes, associations ou institutions qui soutiennent les entrepreneurs.

Une bonne idée demande toujours… un bon plan

 

Une idée sans plan !

Une bonne idée est essentielle, mais sera toujours handicapée sans stratégie et plan d’affaires. Ce sont des documents importants qui expliquent l’idée de l’entreprise, ses raisons d’être, une évaluation des réalités du secteur et de la concurrence, et les démarches pour réaliser ses objectifs. En résumé : un modèle et une démarche économiques qui seront l’ossature de la bonne idée. Alors, oui, il faut une bonne idée, mais aussi de la réflexion en amont et des actions stratégiques, en aval.

Pas de revenus, pas d’entrepreneuriat !

Evidemment, l’un des objectifs de l’entreprise est de générer des bénéfices. Cependant, ceux qui vivent l’expérience vous le diront : c’est aussi une longue traversée du désert et autant de passion. Le parcours de l’entrepreneur commence souvent dans des conditions difficiles, dont des premières années où l’on ne touche pas son salaire tout en travaillant sans compter ses heures. C’est cette passion d’entreprendre qui reste souvent le moteur principal de l’entrepreneur et qui le définit comme entrepreneur, même s’il se fixe le but d’acquérir une prospérité financière et une certaine indépendance.

Autres lectures et vidéos sur le sujet :

Leave a Reply

Theme by Anders Norén

Show Buttons
Hide Buttons